Le 21, ils rêvent d’une nuit d’hiver fraternelle

Le 21, ils rêvent d’une nuit d’hiver fraternelle

Sous les halles de Talensac, lors de la 2e Nuit de la fraternité, associations et sans-abris invitent les Nantais à les rencontrer. Autour d’un bon casse-croûte, entourés de musiciens. « Ils sont de plus en plus jeunes » à vivre dans les rues de Nantes, à errer sans logement fixe. « Certains s’en sortent mais ils ne sont pas nombreux », souffle Thérèse Masson de l’Écoute de la rue. D’autres acteurs du monde associatif (Veille sociale, Saint-Benoît Labre, Écoute de la rue, L’Homme debout, Brin de causette, Le Gué, Les Eaux vives, etc.) qui oeuvrent pour les sans-logis constatent que,