Logement Fraternité soutient financièrement les associations qui accueillent les personnes contraintes de dormir dehors. Ses bénévoles lancent un appel à la solidarité, dès maintenant

« En quinze ans, nous avons distribué 700 000 € et aidé plus de 1 000 familles totalement démunies. » Des chiffres dont se serait bien passé Jean Delavaud, président-fondateur de Logement Fraternité, « s’il n’y avait pas tant de misère à nos portes ». La structure n’est pas présente sur le terrain : elle a été créée pour « contribuer au financement des associations qui, elles, interviennent dans l’urgence, dans la rue, les foyers… afin d’héberger les personnes qui galèrent à la recherche d’un toit ».

Pour répondre aux besoins, elle développe aussi, actuellement, « des centres d’accueil complémentaires qui ouvrent quand les foyers n’ont plus de place et que le 115 est saturé ». Il en existe déjà un à Olonne-sur-Mer, en Vendée ; le second est en construction à Challans ; le 3 e sera opérationnel à Nantes, à Chantenay, fin 2012.

1 € collecté = 1 € distribué

En attendant, Logement Fraternité se mobilise au quotidien, anticipe la rigueur hivernale, collecte des fonds et les répartit solidairement. Des chèques d’un montant global de 25 000 € ont été remis, mardi matin, aux associations partenaires. 5 200 € ont été attribués à l’Appui et l’Anef, qui agissent dans la région de Saint-Nazaire. La Veille sociale a reçu 200 sacs de couchage (valeur 5 000 €), destinés aux maraudes, et 1 500 € pour les cas les plus urgents. Autres apports : 1 776 € à la Halte de nuit 44 pour renouveler le matériel de repos. 3 000 € aux Eaux vives ; 5 000 € à Saint-Vincent-de-Paul pour rénover son foyer d’hébergement. 1 000 € au Gué et 1 000 € au centre maternel Saint-Luc pour des travaux d’aménagement.

De plus, Logement Fraternité finance des équipements mobiliers chez Envie 44 et l’ Homme debout. L’association s’est également « engagée pour aider le Gué à réaliser un centre d’hébergement d’urgence et une maison relais réservés à une population jeune en addiction à l’alcool et à la drogue (montant : 50 000 €) ». Elle accompagne aussi la rénovation du foyer Saint-Benoît à hauteur de 25 000 €.

D’où proviennent ces aides ? « Des donateurs, des acheteurs des cartes de voeux, des collèges, clubs et entreprises partenaires. » Les dons doivent être adressés au 4, rue Racine, 44000 Nantes. Chèques à libeller à l’ordre de CDC 0000 241 328.

Sans-abri : ne nous leurrons pas, l’hiver arrive