Année 2016

Vendredi 16 décembre, début de l’hiver 6ème NUIT DE LA FRATERNITÉ     au profit des associations d’aide aux sans-abri Depuis 2011, la Nuit de la Fraternité rassemble avec un succès croissant plusieurs centaines de personnes sous les arcades de Talensac. L’an passé, elle a notamment reçu la visite de Joanna Rolland, Maire de Nantes, et de Laurence Garnier, Vice-Présidente du Conseil Régional. La sixième édition aura lieu vendredi 16 décembre prochain, avec plusieurs nouveautés : La participation parmi les restaurateurs de l’entreprise d’insertion “Le goût des autres“ offrant l’occasion de goûter des cuisines venues d’ailleurs autour d’un vin chaud. De plus, des

Le 21, ils rêvent d’une nuit d’hiver fraternelle

Le 21, ils rêvent d’une nuit d’hiver fraternelle

Sous les halles de Talensac, lors de la 2e Nuit de la fraternité, associations et sans-abris invitent les Nantais à les rencontrer. Autour d’un bon casse-croûte, entourés de musiciens. « Ils sont de plus en plus jeunes » à vivre dans les rues de Nantes, à errer sans logement fixe. « Certains s’en sortent mais ils ne sont pas nombreux », souffle Thérèse Masson de l’Écoute de la rue. D’autres acteurs du monde associatif (Veille sociale, Saint-Benoît Labre, Écoute de la rue, L’Homme debout, Brin de causette, Le Gué, Les Eaux vives, etc.) qui oeuvrent pour les sans-logis constatent que,

Un vrai coup de main donné aux sans-logis

Un vrai coup de main donné aux sans-logis

En leur versant 18 000 €, Logement Fraternité vient en aide à sept associations d’aide aux sans-logis. Fondée en 1996, Logement Fraternité se donne pour vocation de recueillir des fonds afin de soutenir l’action des associations humanitaires et des services de collectivités locales agissant en faveur des sans-logis. Mardi 23 octobre, c’est un montant de 18 000 € de subventions que Bernard Daurensan, président de Logement Fraternité a remis à quatre associations d’aide aux sans-logis de Loire-Atlantique et Vendée, précisant que « chaque euro récolté est un euro redistribué». « Une Famille, un toit » a reçu 5 000 €

L’Apiih, partenaire de la Journée de la Fraternité

L’Apiih, partenaire de la Journée de la Fraternité

Cette année encore, comme depuis 8 ans, L’Apiih est fière d’avoir été partenaire de la Journée de la Fraternité, organisée par  l’Association Logement Fraternité qui vient en aide aux plus démunis. Le 21 décembre dernier, premier jour de l’hiver, des cafetiers, hôteliers, restaurateurs et adhérents de l’Apiih ont reversé une partie de leur recette du jour à l’association : 10 centimes par boissons, 1 € par plat vendu et 2 € par chambre louée. Cette action a permis de récolter environ

Une première Nuit de la fraternité réussie

Une première Nuit de la fraternité réussie

Jean Delavaud peut avoir le sourire. Pour sa première édition de la nuit de la fraternité, le président de l’association Logement fraternité a réussi à réunir tous ceux qui oeuvrent aux côtés des plus démunis. « Nous avons fait ça pour montrer aux Nantais ce que les associations font pour les gens dans la rue. Nous voulons leur faire prendre conscience que beaucoup de choses se font dans leur ville, et tous ensemble. On n’agit pas les uns à côté des autres », explique Jean Delavaud. Brin de Causette, A l’écoute de la rue, Au clair de la rue, Habitat

La Nuit de la fraternité demain à Talensac – Nantes

La Nuit de la fraternité demain à Talensac – Nantes

De 19 h à 22 h, Logement-Fraternité réunit les associations qui aident les gens de la rue. L’objectif : faire la fête ensemble et lancer un appel aux dons et aux bonnes volontés. C’est une première. Mercredi soir, premier jour de l’hiver, une Nuit de la fraternité est organisée le long du marché Talensac, au profit des associations d’aide aux sans-abri. Logement-Fraternité, à l’initiative de cet événement, souhaite fédérer « une solidarité active », à laquelle participeront un grand nombre d’associations qui s’occupent des sans-abri. Parmi elles : la Veille sociale 44, Brin de Causette, Écoute de la rue, etc.

Des dons pour loger les plus démunis

Trois associations ont reçu des chèques de Logement fraternité. Au centre : Jean Delavaud, le président du groupement.

Alors que le froid commence à s’installer, Logement fraternité fait un point de son action en Vendée et effectue une remise de dons. L’association Logement fraternité collecte des dons pour agir en partenariat avec les groupements qui logent les plus démunis afin de les sortir de la rue. « Nous sommes une association au service d’associations dans le but de mettre les gens hors de situations difficiles. Et un euro récolté est un euro reversé », précise Jean Delavaud, le président fondateur. Vendredi, un chèque de 30 000 € a été remis à l’APSH (accompagnement personnalisé et de soutien à

Sans-abri : ne nous leurrons pas, l’hiver arrive

Sans-abri : ne nous leurrons pas, l’hiver arrive

Logement Fraternité soutient financièrement les associations qui accueillent les personnes contraintes de dormir dehors. Ses bénévoles lancent un appel à la solidarité, dès maintenant « En quinze ans, nous avons distribué 700 000 € et aidé plus de 1 000 familles totalement démunies. » Des chiffres dont se serait bien passé Jean Delavaud, président-fondateur de Logement Fraternité, « s’il n’y avait pas tant de misère à nos portes ». La structure n’est pas présente sur le terrain : elle a été créée pour « contribuer au financement des associations qui, elles, interviennent dans l’urgence, dans la rue, les foyers… afin

Logement d’urgence : l’appartement-hôtelier en test

Logement d’urgence : l’appartement-hôtelier en test

Seize appartements-hôteliers Où trouver un toit lorsqu’on est victime de violences conjugales ? Lorsqu’on sort de détention ? Lorsqu’on cherche à sortir des logements de dépannage ou d’un squat ? L’Apuis, Accueil pour l’urgence et l’insertion sociale, trouve des solutions depuis plus de vingt ans à Saint-Nazaire et dans le territoire Presqu’île-Brière. « Notre coeur d’action reste les femmes victimes de violences. Dans la plupart des cas, nous prenons la solution de l’hôtel. Mais cela commence à nous coûter très cher », commente Jean-Luc Vercoutère, directeur de l’Apuis. La structure nazairienne a donc choisi d’innover avec le système de l’appartement-hôtelier.